Texte défilant
d'Astwinds
Dire toute la vérité et cibler les économies -
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre ville connaît des difficultés financières et quelle que soit l’origine des problèmes il faut maintenant nous en sortir et donc chercher des sources d’économies.

La politique est une affaire de choix et de priorités Nous pensons qu’au lieu de couper dans les budgets sociaux et les subventions aux associations, d’autres voies doivent d’être envisagées et c’est le sens de la lettre adressée à madame le Maire par Bernard Ansart au nom de notre groupe. Vous en trouverez le détail dans la pièce jointe à cet article. Notre idée est d’effectuer d’abord les économies sur des secteurs qui en temps de crise apportent le moins de désagréments possibles aux Plaisirois.

Beaucoup de villes connaissent des difficultés financières avec la baisse des dotations de l’État et les prélèvements au titre du « redressement des comptes publics » et Plaisir n’échappe pas à la règle.

Il faut dire aussi que notre ville joue de malchance avec des travaux imprévus et importants de réparation de bâtiments : à l’automne c’était un des bâtiments du parc de la Mairie et c’est maintenant la salle du Conseil municipal qui révèle un danger imposant sa fermeture.

Mais à côté de ça il est des faits qui sont travestis et d’autres pas même évoqués. Les propos tenus dans les réunions publiques organisées ce mois ci confirment le discours partisan que le maire tient dans son éditorial de l’Essentiel du mois d’Avril.

Depuis 2001, la municipalité enfume les Plaisirois avec le montant de la dette trouvée à son arrivée. Elle ne parle que de 74M€ en confondant sciemment le passif de la ville et le montant de la dette qui était de 62M€. Bien sûr c’est une somme importante mais cela rend moins spectaculaire la baisse du montant restant à rembourser surtout lorsque le montant des intérêts dépasse celui du capital remboursé.

Elle ne parle pas non plus des emprunts dits toxiques ! Et pour cause puisque notre maire a cautionné ces emprunts contractés par son prédécesseur. Un des prêts, indexé sur le Franc Suisse, risque de faire très mal aux finances de la ville le mois prochain puisque le Franc suisse a maintenant un cours libre par rapport à l’Euro.

Si nous sommes prêts à soutenir des mesures d’économies, nous souhaitons aussi qu’après treize années de mandats la droite assume ses propres responsabilités sans chercher encore à les imputer à d’autres qui sans être parfaits ont fortement contribué à construire la ville telle qu’elle avait besoin d’être à la fin du siècle dernier.

Courrier de Bernard Ansart

Tag(s) : #Finances